aviation-club-de-franceSuite à une descente inopinée des agents du SCCJ (Service central des courses et jeux) le 16 septembre, l’Aviation Club de France a dû fermer ses portes. Plusieurs personnes ont été mises en examen et plus de 200 salariés se retrouvent à ce jour sans emploi.

Ce 16 septembre, à 6h du matin, l’ACF, établie sur les Champs Elysées, a été la cible d’une perquisition. Plusieurs dossiers ont été saisis par les autorités et nombreuses personnes ont été interpellées. La fermeture provisoire des lieux a été ordonnée. Deux jours après, le 18 septembre, quatre d’entre elles dont le maître des lieux Marcel Francisci ont été mises en examen. Faut-il rappeler que ce directeur est aussi vice-président UMP du conseil général de Corse ? Il est également président de l’Association des amis de Nicolas Sarkozy dans la partie sud de la Corse. Plusieurs charges ont été retenues comme « travail dissimilé », « fait de complicité », « blanchiment d’argent », et/ou « abus de confiance ». Étant le premier responsable de l’établissement, Marcel Francisci n’a pu bénéficier d’une liberté provisoire que contre le versement d’une caution de 320 000 euros. Les trois autres ont été libérés, mais restent sous contrôle judiciaire.

Pourquoi une intervention à telle eut lieue à l’aviation club de france ?

En fait, cette intervention n’a été que le résultat de 17 mois d’investigations dans les activités de l’ACF selon un grand journal français. L’affaire a été largement commentée dans les différents quotidiens chacun émettant sa propre hypothèse. C’est ainsi que certains médias ont écrit qu’une partie des rémunérations du personnel serait versée en espèces. Pour l’avocat de Marcel Francisci, Me Éric Dupond-Moretti, un ténor reconnu du barreau, l’affaire ne parait pas si grave que cela et estime qu’on a tendance à exagérer dans la version des faits. D’ailleurs, son client a renié toutes les accusions qui lui sont attribuées. Plusieurs fans et joueurs ont, par ailleurs, réagi sur Facebook. Un joueur, certainement par crainte d’une fermeture définitive, a même proposé de vendre des jetons avec une décote.

Quoi qu’il en soit, ce sont 213 salariés qui se retrouvent aujourd’hui sur le trottoir et alertent les autorités compétentes de leurs déboires. Ils appellent ainsi à une journée de soutien et de sensibilisation le 9 octobre sur les Champs Elysées. Selon un journal de grand tirage, une menace de fermeture administrative définitive plane sur l’avenir de l’ACF. En fait, le gouvernement envisagerait d’uniformiser les modes d’exploitation de tous les opérateurs en jeu d’argent sous la règlementation française. Cette mesure assurerait un contrôle plus rigoureux et un meilleur encadrement du métier.

Au-delà de cette opération qui parait ponctuelle, c’est toute la communauté de joueurs du Texas Holdem en live qui s’inquiète aujourd’hui. En effet, si en 2008 le nombre de cercles officiant à Paris était de 10, actuellement il n’en reste plus que deux : le Cercle Cadet et le Cercle Clichy-Montmartre. De plus, de par son architecture, son décor, son emplacement et les valeurs historiques qu’elle porte, l’Aviation Club de France constitue vraiment, selon certains observateurs, un patrimoine pour la capitale. Reste à savoir si ce point de vue sera partagé par les autorités et que le très long message des salariés qui leur est adressé sera pris en compte. Ce message rappelle notamment les différentes promesses des dirigeants français actuels dont François Hollande.